Tant qu'on a la santé


En ce début d’année 2021, après presqu’un an de pandémie déclarée, plus que jamais, on se rend compte de ce qui compte vraiment.


La paix du cœur est essentielle pour aimer sa vie, encore et toujours, car quoi de pire que les tourments qu’on s’inflige soi-même, le plus souvent à tort? Et qui d’autre que nous a tous les pouvoirs sur nos actes, nos paroles et nos pensées?


La dépression vient du fait qu’on regarde trop en arrière dans le passé, donc impossible à changer. L’anxiété vient de notre projection sur le futur, même proche, souvent hypothétique et loin de la réalité encore inconnue en soi, pour paraphraser Lao Tseu…


Avec le confinement, le couvre-feu et l’obligation de s’isoler, il est plus approprié que jamais de se sonder, de mieux se connaître et s’écouter, se pardonner et vraiment attirer à nous ce qu’il y a de plus bénéfique?

Et changer tout ce que l’on peut : décor, études, habitudes, travail, rituels, régime alimentaire, exercice, et même se redécouvrir des talents et des passions longtemps étouffés et mis de côté.

Redevenir qui nous sommes vraiment, comme diraient Platon et Freud!


Aussi, toutes ces restrictions nous montrent qui est vraiment précieux à notre cœur, notre famille proche en tête, heureusement présents comme jamais, même virtuellement. Comme je suis chanceuse et heureuse d’avoir deux merveilleux enfants et un petit-fils adorable!


Et aussi, plusieurs amis fidèles avec qui je communique souvent et qui se soucient tout autant et sincèrement de mon réel bien-être.




Contente aussi, de maîtriser quelque peu les outils virtuels et de retrouver des amis égarés il y a parfois quarante ans en arrière, au pays de mes origines, ma si belle Alsace et France. Je l’avoue, j’aime et use copieusement des réseaux sociaux, qui, au-delà des dissensions parfois véhémentes, m’apprennent beaucoup sur le monde, la nature humaine et moi-même.


L’autre valeur absolue dont j’ai fait en partie mon métier, d’herboriste et naturothérapeute, est la santé par la nature. Premièrement, plus je la connais, plus je la défends et m’inquiète de la dégradation de la source et des ressources de notre meilleur réservoir de vitalité, de vie tout court : la nature sauvage bien sûr.


Pour la beauté et l’émerveillement, l’oxygène, l’exercice en extérieur (le plus sain qui soit), et bien sûr le réservoir d’aliments et de remèdes que constitue un foret diversifié, je place la nature au sommet de mes priorités.

Marcher dehors chaque jour, manger le plus possible bio, végétal et local, boire des tisanes, inhaler des huiles essentielles et gober quelques suppléments appropriés pour se prémunir de cette sale bête surgie ou ressurgie qui paralyse tous les systèmes, l’immunitaire au premier chef, je pratique tout ça chaque jour.


Herboriste en préretraite imminente, j’aimerais néanmoins, à la belle saison 21, qui reviendra n’en doutons point, partager encore mes connaissances des végétaux utiles, partout dans le sud de la province en Estrie-Montérégie, sinon dans une forêt près de chez vous!

Petits groupes (distancés) mais avec des êtres et des plantes bien vibrantes à portée de main, contactez-moi ici si ça vous chante : herbosieg@gmail.com


Non, à court terme aucun enseignement zoom prévu de mon côté, on fait déjà trop d’ordi ainsi, et aussi d’autres jeunesses du milieu font ça très bien, un diplôme à la clé!


Pour conclure : aimez, prenez soin de vous de toutes les manières possibles, évitez les hôpitaux, sauf si votre vie est en jeu, socialisez quand même et déchiffrez ce qui passe sans paniquer.


Tout ce qui est a une raison d’être!

Paix, joie et santé au-delà de tout ça!


Anny- baba Schneider, herboriste senior, Estrie, Québec, Canada









Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square